Mathilde Alby, Nathalie Barrutia, Camille Dumas et Charlotte Rouanet, 2017

Association : ECUASOL

Lieu : Quito, Equateur

Nos missions

    • Cadre

En Equateur, tous les enfants n’ont pas la même opportunité d’accéder à l’éducation. Seule la moitié des enfants scolarisés en primaire accèdent au secondaire. De plus, les retards de croissance dus à une malnutrition chronique affectent 26% des enfants de moins de 5 ans.

      • Objectif

Une étude menée par Alejandra Calcedo Jacome, étudiante en gastronomie, recense 27 à 30% de cas de malnutrition ou surnutrition chez les enfants du centre.

ECUASOL fait appel à nous pour mettre en place une serre et ainsi diversifier l’alimentation des enfants et en faire une vitrine éducative pour eux et leurs familles.

        • Réalisation

En plus de la vocation agricole de la serre, nous voulons mettre en place des projets pour renforcer le lien avec les enfants : un système de compost participatif, les impliquer durant toutes les étapes de construction, réaliser des ateliers de sensibilisation à l’importance d’une alimentation équilibrée pour les familles, etc.

Melissa Couderc, Estelle Casavieille, Amandine Gadeau et Marie-Claire Lacoste, 2017

Association : Poussière de Vie

Lieu : Kon-Tum, Vietnam

Nos missions

Notre mission aura pour but dans un premier temps de faire un bilan sur les plantations de poivriers effectuées dans les familles du village de l’année dernière. Ensuite, un projet de culture poivrier dans un orphelinat a été mis en route, nous devrons en gérer la mise en place à notre arrivée et le suivi de la parcelle.  De plus, Mr. Désir nous a fait part de sa volonté de pérenniser nos actions. Nous allons donc également organiser la mise en place d’un potager, dont la production sera non seulement auto consommée mais aussi vendue enfin de pouvoir racheter les semences pour l’année suivante.

Toujours dans l’optique de Poussière de vie, qui lutte pour l’amélioration de vie des enfants mais aussi leur épanouissement personnel, nous animerons des cours de langue en français et anglais auprès des enfants et des gens du village. Nous allons également monter des ateliers récréatifs pour les enfants.

Alexandre Barteau et Mathilde Richard, 2017

Association : CITI HABITAT

Lieu : Île de Santiago, Cap Vert

Nos missions

Nous nous intéresserons plus particulièrement à l’île de Santiago. Il y a deux ans, Charlène et Victor (de notre école), ont réalisé un diagnostic agraire. Ce dernier a mis en évidence une mauvaise utilisation des intrants (doses et produits eux-mêmes) par les agriculteurs. Dans le cadre du développement agricole de l’île, nous aurons pour mission de participer à la création d’une coopérative agricole qui aurait autant un rôle pour l’approvisionnement que pour la valorisation des produits. De plus, nous allons former les agriculteurs aux techniques de traitement, de fertilisation et d’irrigation. Ainsi, ils optimiseront les intrants à la fois au niveau du prix et de leur utilisation. Cela diminuera leurs charges variables et augmentera donc leur revenu à terme.

 

Camille Bile, 2017

Association : ASSODIA

Lieu : Battambang, Cambodge

Ma mission

Mon stage en solidarité internationale s’articule autour de trois missions. L’association ne peut prédire l’avancement de leurs différentes missions à mon arrivée. Mais il est probable que je dois toutes les réaliser à des degrés d’implication divers.

Tout d’abord il s’agit de lister la clientèle potentielle de l’atelier porcin par cartographie SIG.

Ensuite l’association veut préparer le transfert de l’atelier de fabrication à la population. Mais avant cela il faut améliorer la logistique de l’atelier sur les volets administratif, comptable et technique. L’atelier est récent de nombreux éléments sont à mettre en place avant la passation. De plus il faudra choisir à qui l’atelier sera cédé : à un groupement d’agriculteurs, à un seul agriculteur, à un intervenant extérieur, ou bien à un employé actuel de l’atelier.

Enfin la dernière mission consiste à mettre en place des plans de formation pour les agriculteurs pour le développement de leur filière. Ces formations d’une journée devront abordées des thèmes divers comme l’alimentation mais aussi les bâtiments, les maladies, … L’agriculteur pourra repartir avec des fiches techniques récapitulatives. Il faudra définir des prérequis pour participer à ces formations mais aussi des moyens de contrôle pour savoir si la formation a bien été intégrée par l’agriculteur.