Laura Barjavel et Elodie Gassioles, 2017

Association :  Mano a Mano

Lieu :  Lima, Pérou

Nos missions principales sont la mise en place de nouveaux jardins et l’amélioration de ceux déjà construits, permettant à la communauté locale de produire ses propres fruits et légumes et d’obtenir une certaine autonomie alimentaire.

Nous sommes aussi en charge d’apporter des connaissances agricoles aux adultes, tel que des notions de permaculture, de suivi de jardins et de gestion du compost. Nous nous intéresserons aussi à l’initiation à l’apiculture, la protection et aux techniques de reproduction des plantes etc…

Mais les enfants sont également des acteurs importants du futur. Nous allons alors mettre en place des activités ludiques pour leur donner des compétences en matière de reconnaissance de plantes, d’apiculture, de gestion du tri des déchets et du cycle de l’eau.

Enfin, nous envisageons d’utiliser l’Aloé Véra et l’Agave, très répandue dans cette région, afin de fabriquer du shampoing, des crèmes et du sirop pour générer des revenus supplémentaires pour la population locale.

Claire Delaunay et Charlotte Zattara, 2017

Association : Gawad Kalinga

Lieu : Luçon, Philippines

Notre mission

Notre mission en lien avec l’agriculture a pour but d’améliorer l’autonomie alimentaire de la population locale.  L’objectif est de construire un projet viable et durable, dans le but de répondre aux besoins d’un village et de ses alentours dans le temps imparti.

Laëtitia Boyer et Sandrine Hersemeule, 2017

Association : Andes Fertiles

Lieu : Viacha, Bolivie

Nos missions

  • Cadre

L’agriculture sur l’Altiplano, à 3800m d’altitude minimum, est soumise à des conditions extrêmes (gel, inondations). L’alimentation est par ailleurs pauvre en fibres et vitamines. Notre mission s’inscrit ainsi dans un contexte de pénurie d’eau. En effet, en novembre 2016, les conditions étaient telles que le président bolivien, Evo Morales, annonçait une situation d’« urgence nationale ». De nombreux lacs, particulièrement ceux qui alimentent les villes en eau, étaient asséchés. Ainsi, notre intérêt s’est porté sur le besoin de gestion de l’eau en agriculture.

  • Objectif

Les communautés locales ont exprimé le besoin de mettre en place un système de récupération d’eau et d’irrigation goutte-à-goutte dans une dizaine de serres déjà présentes dans des écoles. Ces installations sont un des moyens de s’adapter au changement climatique qui touche la région, caractérisé par une raréfaction de l’eau . Nous cherchons également à partager avec les agriculteurs de nouvelles techniques, qui pourraient être mises en place en avec leur collaboration.

En parallèle, des formes d’agricultures, différentes de celles déjà présentes sur l’Altiplano, vont être expérimentées pour faire face aux contraintes environnementales, aussi bien climatiques que biotiques. Ainsi, durant notre mission, nous développerons une parcelle témoin de culture de pommes de terre (aliment majeur de la population bolivienne) pour y tester une substance naturelle issue de la décoction d’une plante d’Amérique latine (Lupin Andin), afin de lutter contre le principal ravageur de la pomme de terre en Bolivie.

Galatée Ferey, Maëlle Roockx, Thibaut Pelissier et Raïssa Kouacou, 2017

Association : CEPAG

Lieu : San Ignacio, Paraguay

Nos missions

Notre mission débutera le 20 juin 2017 dans la ville de San Ignacio, dans le département de Misiones, situé à environ 230 km de la capitale Asuncion. Le CEPAG est présent depuis 12 ans en ce lieu et est maintenant coordonné par Julio Espinoza.

Notre équipe est composée de deux binômes : Maëlle et Galatée pour le début de la mission, puis Thibaut et Raïssa dans un second temps.

Étant étudiants en école d’ingénieurs en agronomie, notre équipe accompagnera les activités concernant l’agriculture, dans le but de mener diverses activités avec les comités des agriculteurs. Par exemple, nous mettrons en place des ateliers et formations sur les pratiques agro-écologiques, les techniques de marketing et de présentation des produits.

Théo Leclerc et Pauline Burgeat, 2017

Université : LOYALA ACADEMY

Lieu : Secunderabad, Inde

Nos missions

La religion est un élément très important en Inde puisque la quasi-totalité de la population en pratique une. Le pays est également caractérisé par une grande diversité de religion où l’hindouisme domine avec près de 80% de la population. On retrouve ensuite l’islam (14%), le christianisme (2,3%), le sikhisme (1,7%), le bouddhisme (0,7%) ou encore le jaïnisme (0,4%).

La politique actuelle du pays est concentrée sur le maintien de la paix avec les pays limitrophes mais également par l’établissement de partenaires économiques avec des pays comme les Etats-Unis ou la Chine. Le premier ministre compte ainsi, avec la venue d’investisseur étranger, relancer la croissance du pays. Le gouvernement entend également limiter la fraude et la corruption.

Notre mission s’effectuera dans la région du Telangana State, située sur le plateau du Deccan, qui compte plus de 35 millions d’habitants. Les langues pratiquées sont l’ourdou et télougou et la population un taux d’alphabétisation de 67,2% ce qui est proche de la moyenne du pays.

En ce qui concerne la mission, nous suivrons les étudiants indiens dans leurs missions de développement rural. Des groupes de 4-5 étudiants sont répartis dans différents villages autour d’Hyderabad et chaque étudiant a en charge une famille. On devra participer aux différents évènements agricoles ce qui nous conférera une place de premier choix pour aider les familles à développer leurs techniques agricoles.

Melissa Couderc, Estelle Casavieille, Amandine Gadeau et Marie-Claire Lacoste, 2017

Association : Poussière de Vie

Lieu : Kon-Tum, Vietnam

Nos missions

Notre mission aura pour but dans un premier temps de faire un bilan sur les plantations de poivriers effectuées dans les familles du village de l’année dernière. Ensuite, un projet de culture poivrier dans un orphelinat a été mis en route, nous devrons en gérer la mise en place à notre arrivée et le suivi de la parcelle.  De plus, Mr. Désir nous a fait part de sa volonté de pérenniser nos actions. Nous allons donc également organiser la mise en place d’un potager, dont la production sera non seulement auto consommée mais aussi vendue enfin de pouvoir racheter les semences pour l’année suivante.

Toujours dans l’optique de Poussière de vie, qui lutte pour l’amélioration de vie des enfants mais aussi leur épanouissement personnel, nous animerons des cours de langue en français et anglais auprès des enfants et des gens du village. Nous allons également monter des ateliers récréatifs pour les enfants.

Sébastien Garnier et Thomas Pamponneau, 2017

Association : Atelier MAR

Lieu : Île de Saint Vincent, Cap Vert

Nos missions 

La mission se déroulera du 04 septembre au 24 novembre.

Le but sera principalement de trouver des solutions aux problèmes des agriculteurs, liés à la planification et à la diversification de leurs cultures. Il faudra aussi essayer de valoriser les excédents de produits par la transformation alimentaire.

Une autre mission serait d’étudier les marchés urbains et les modes de commercialisation des produits frais de l’île de Saint Antoine et de Saint Vincent. Enfin, il serait intéressant de soutenir le développement des petits agriculteurs et éleveurs avec des solutions créatives et innovantes afin d’améliorer les rendements.

Alexandre Barteau et Mathilde Richard, 2017

Association : CITI HABITAT

Lieu : Île de Santiago, Cap Vert

Nos missions

Nous nous intéresserons plus particulièrement à l’île de Santiago. Il y a deux ans, Charlène et Victor (de notre école), ont réalisé un diagnostic agraire. Ce dernier a mis en évidence une mauvaise utilisation des intrants (doses et produits eux-mêmes) par les agriculteurs. Dans le cadre du développement agricole de l’île, nous aurons pour mission de participer à la création d’une coopérative agricole qui aurait autant un rôle pour l’approvisionnement que pour la valorisation des produits. De plus, nous allons former les agriculteurs aux techniques de traitement, de fertilisation et d’irrigation. Ainsi, ils optimiseront les intrants à la fois au niveau du prix et de leur utilisation. Cela diminuera leurs charges variables et augmentera donc leur revenu à terme.